Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 05:27
Médias qui a particulièrement travaillé sur le thème du dessin de presse et de la résistance cette année est heureuse de voir que ce thème  a été  choisi pour les BTS l'an prochain. L'autre thème est : "Génération(s).

Thème n° 2 : Rire : pour quoi faire ?
Problématique
Rien ne semble plus spontané que le rire : on éclate de rire, on rit aux larmes, on en rit encore, on rit pour un rien. N'y-a-t-il dans le rire rien de sérieux, rien de sensé, aucune intention ?
« Rire, boire et chanter ! » : on rit pour se distraire, on détend ses muscles et ses zygomatiques. L'image du rieur est celle d'un bon vivant qui sait conjuguer les plaisirs du corps et ceux de l'esprit.
« Plus on est de fous, plus on rit ! » : on rit douze fois moins seul qu'en présence d'autres personnes, signe que le rire a une fonction sociale. On rit pour communiquer, pour échanger, on invente des blagues et des mots d'esprit dans une connivence joyeuse, on fait rire pour séduire. Dérider autrui est une façon d'humaniser les rapports inter-personnels.
« C'est vraiment pour rire ? » : du rire collectif au rire d'exclusion, il n'y a qu'un pas. Le rire est souvent un rire contre autrui. Un groupe trouve volontiers sa cohésion dans l'exclusion railleuse et aime à désigner un bouc émissaire qui essuiera ses plaisanteries.
« Ah, je ris de me voir si belle en ce miroir ! » : la comédie et les humoristes nous offrent un reflet de nous-mêmes, de nos petits travers, et nous aident à porter un autre regard sur nous-mêmes. Castigat ridendo mores, disent les anciens.
« Battez-moi plutôt, et me laissez rire tout mon soûl ! » (Molière, Le Bourgeois gentilhomme) : rire offre un refuge salutaire à l'individu qui un jour a besoin de mettre une barrière entre le monde et lui. Rire manifeste une force de subversion qui s'oppose à un pouvoir abusif qui veut tout contrôler
Manifestation de sagesse individuelle et collective, rire ne permet-il pas en définitive de se construire ? Savoir rire de soi, accepter qu'on rie de soi, ne serait-ce pas autant de promesses d'une vie sociale apaisée ?
 
Indications bibliographiques
Ces indications ne constituent en aucun cas un programme de lectures. Elles proposent des pistes et des suggestions pour permettre à chaque enseignant de s'orienter dans la réflexion sur le thème et d'élaborer son projet pédagogique.
 
Littérature
Aristophane, Lysistrata.
Coluche, Et vous trouvez ça drôle ?
Pierre Dac, Dico franco-loufoque.
Pierre Desproges, Le Petit Reporter, Le Tribunal des flagrants délires.
Feydeau, La Dame de chez Maxim.
Flaubert, Madame Bovary ( première partie, chapitre 1, les élèves et la casquette de Charles Bovary).
Hugo, L'Homme qui rit (livre II, chapitre 2 ; livre VIII, chapitre 7 ; livre IX, chapitre 2).
Hugo, Notre-Dame de Paris (livre I, chapitre 5).
Jarry, Ubu Roi.
Molière, Le Malade imaginaire, Le Bourgeois gentilhomme.
Rabelais, Gargantua.
Voltaire, Dictionnaire philosophique, article Foi, section III.
Zola, Nana ( chapitre 1).
 
Essais
Héliane Bernard, Alexandre Faure, C'est quoi le rire ? (2009).
Raymond Devos, Matière à rire (2006).
Sigmund Freud, Le Mot d'esprit et sa relation avec l'inconscient (1905).
Aymar du Chatenet, Caroline Guillot, René Goscinny, Faire rire, quel métier ! (2009).
Jim Holt, Petite Philosophie des blagues et autres facéties (2008).
Georges Minois, Histoire du rire et de la dérision (2000).
Olivier Mongin, Éclats de rire. Variations sur le corps comique (2001).
Valère Novarina, Pour Louis de Funès (1989).
Robert Provine, Le Rire, sa vie, son œuvre : le plus humain des comportements expliqué par la science (2003).
Jean-Michel Ribes, Le Rire de Résistance, de Diogène à Charlie Hebdo (2007).
Éric Smadja, Le Rire, Que sais-je ? (1993).
Films, documents iconographiques, bandes dessinées
D. Boon, Bienvenue chez les Ch'tis (2008).
C. Chaplin, Le Dictateur (1940).
B. Edwards, The Party (1968).
M. Hazanavicius, OSS117 Rio ne répond plus (2008).
G. Lautner, Les Tontons flingueurs (1963).
P. Leconte, Les Bronzés (1978), Ridicule (1995).
J. Lewis, Docteur Jerry et Mister Love (1963).
E. Lubitsch, To be or not to be (1942).
G. Oury, Les Aventures de Rabbi Jacob (1973).
J.-M. Poiré, Le père Noël est une ordure (1982).
F. Veber, Le Dîner de cons (1998).
J. Tati, Les Vacances de Monsieur Hulot (1953), Mon oncle (1958).
L. Tirard, Le Petit Nicolas (2009).
B. Wilder, Certains l'aiment chaud (1959).
Caricaturistes du XIX° siècle : Daumier, A. Gill.
Dessins de presse contemporaine : Cabu, Siné, Plantu, Wolinski.
Bandes dessinées humoristiques : Astérix (R. Goscinny, A. Uderzo), Titeuf (ZEP).
 
Sites et documents internet, médias
Captations de spectacles d'humoristes : Florence Forestie, Elie Kakou, Anne Roumanoff, Elie Semoun.
Chorégraphie : Ha ! Ha ! (Maguy Marin, 2006, Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape).
Émissions TV : Les Guignols de l'info ; Les Têtes à claques ; Les Jackass ; Les films en 5 secondes (par exemple «  Amadeus en 5 secondes »).
Presse satirique : Charlie-Hebdo, Le Canard Enchaîné. (Le Ministère ne connaît-il pas l'existence de Siné hebdo et de Backchich ? )
« Mourir de rire ! » Courrier international, supplément au n°978-979-980 du 1er au 18 août 2009.
« Pourquoi les Français ont besoin de rire », Le Figaro magazine, 3-03-2008
Vidéo INA : « Essayons de ne pas rire avant la fin d'Hamlet », La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède - 13-02-1984
 
Mots clés
Fou rire - éclats de rire - rire aux anges - rire à chaudes larmes - mourir de rire - rire sous cape - rire du bout des lèvres - rire à gorge déployée - rire jaune.
Pince-sans-rire - boute-en-train - bouffon
Divertissement - allégresse - joie - euphorie - exultation - bonheur - insouciance - gaieté - hilarité
Comédie - farce - ironie - satire - dérision - autodérision - subversion - contestation - caricature
Se moquer - blaguer - plaisanter - caricaturer
Esprit de sérieux - sens de l'humour
Rire est le propre de l'homme - Jean qui rit, Jean qui pleure - Mieux vaut en rire qu'en pleurer - Qui rit vendredi, dimanche pleurera - Rira bien qui rira le dernier
Repost 0
Published by Association Médias - dans Education aux médias
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 13:01
Citation d'un message du comité de soutien :
"Chère(s) ami(e)s,

Au terme d’un procès scandaleux et grotesque, Moulinsart et Rodwell sont parvenus à condamner l’écrivain et tintinophile Bob Garcia à payer la somme délirante de 50.000 euros. Son tort : avoir écrit 5 petites études sur Hergé tirées à quelques centaines d’exemplaires par une association tintinophile sans but lucratif. Personne n’a gagné d’argent dans cette entreprise, ni fait le moindre tort moral ou financier aux « ayant-droit » de Hergé.
Toutes les tentatives de négociation et de discussion ont échoué, y compris la demande de paiement par étalement. Les pétitions, lettres ouvertes à Moulinsart et à de multiples responsables politiques, articles et communiqués de presse, etc., ont été traités avec mépris et indifférence par Moulinsart et de Rodwell. Il était clair qu’ils voulaient « la peau de Bob Garcia » (intention annoncée par eux-mêmes depuis le début) afin d’en faire un exemple et de dissuader d’autres auteurs d’évoquer le nom de Tintin au travers d’études, de parodies ou de tout moyen jusqu’alors légal.

Aujourd’hui Moulinsart et Rodwell mettent deux hypothèques sur la maison de Bob Garcia.
Demain, ils peuvent ordonner la vente forcée et le jeter à la rue pour exercer leur « pouvoir ».
Bob Garcia est aujourd’hui le dos au mur et incapable de payer une telle somme.
Il est physiquement et moralement épuisé par cette lutte inégale et injuste..."

Bob Garcia est  également concerné par le procès des éditions du Léopard Masqué pour y avoir signé une parodie (Le Vol des 714 porcineys).

groupe Facebook de soutien à Bob Garcia.
Repost 0
Published by Association Médias - dans Coups de gueule
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 09:11

L 'Ecole des lettres sort un numéro spécial BD auquel Média a participé. En attendant la mise en ligne sur le site de la revue, voici un commentaire d'un ouvrage de la nouvelle collection "Mille bulles" de l'Ecole des loisirs, A ton avis...Le Vieil homme ou le serpent ? de Toni & Slade Morrison et Pascal Lemaître :



L’entrée dans le livre par la couverture

Le titre interpelle directement le lecteur « à ton avis …»  et soulève une question. On notera la mise en valeur du point d‘interrogation. Les deux personnages de l’illustration (reprise inversée et détourée de la vignette p.29) ont l’air de bien s’entendre pourtant et l’on peut donc se demander si la question porte sur le résultat de la partie de cartes ! La situation est peu réaliste : un vieux noir et un serpent bandé qui jouent aux cartes et nous comprenons que nous sommes dans un univers imaginaire.


La 4ème de couverture reprend un extrait (p.18) du livre, ce qui nous permet de comprendre que nous avons affaire à une BD. Elle met en valeur le serpent en train de parler, ce qui confirme l’absence de réalisme de la fiction. Le petit cœur au-dessus du personnage du ver montre que la dimension humoristique est très importante dans le travail de Pascal Lemaître.  Les deux phrases écrites de manière manuscrite précisent le genre du livre (définir le genre de la fable si cela n’est pas acquis) et les propos de l’auteur (définir impertinence).  Elles évoquent Esope et La Fontaine.

Elles  sont également  un argument publicitaire, ce qui est le rôle habituel de la 4ème de couverture : noter le côté slogan de la phrase exclamative. Ce livre a donc une dimension argumentative.

 

Les chemins d’une fable :  Les auteurs font référence à Esope, auteur à l’origine du genre de la fable dans notre culture occidentale. On pourra bien évidemment partir sur les traces de ce personnage semi-légendaire dont Socrate mit les fables en vers avant de mourir, comme il le justifie dans le Phédon. A titre de découverte des plaisirs de la langue  on rappellera le palindrome : Esope reste ici et se repose. Le texte de la fable est donnée en traduction page5.


Phèdre, auteur latin du 1er siècle, reprit  la matière d’Esope et la transcrivit en vers,  comme il le rappelle dans sa préface Phaedri Augusti Liberti Fabulae Æsopiae (Les Fables ésopiques de Phèdre, affranchi d'Auguste). Sa fable s’appelle L’homme et la couleuvre, voir ci-dessous.

Elle peut être prétexte à des exercices de vocabulaire autour de l’étymologie des mots.

Dans les deux cas, le villageois meurt.


La Fontaine intitula la sienne, le Villageois et le serpent. C’est le serpent qui meurt, tué par le villageois qu’il menaçait. Nous avons donc affaire avec ce livre à l’un des nombreux avatars des Fables d’Esope.

On pourra faire apprendre les différentes fables aux élèves et effectuer un montage avec Audacity des différentes versions…

 

Une fois ce parcours établi, on montrera aux élèves que les Fables de la Fontaine ont été très souvent illustrées et on mettra à leur disposition un ensemble d’illustrations cf. Oudry, Doré, Granville, publicité pour Riclès, Aractingi http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/villaser.htm, http://www.lafontaine.net/lesFables/afficheFable.php?id=118

On les comparera, on montrera quel moment a été illustré, à quel vers l’illustration correspond, comment est figuré le serpent ou l’homme…

 

On  comparera également la morale des quatre versions et on constatera leur différence :

Esope : Un peu de bonté ne vient pas à bout de la méchanceté.

Phèdre : Il ne faut pas rendre de services aux méchants.

La Fontaine :  1. C’est bien d’être charitable, mais pas avec n’importe qui.

                        2. Les ingrats sont toujours punis de leur ingratitude.

Morrison : Dans la vie plus on réfléchit, moins on a d’ennuis.

 

L’entrée dans le livre par les premières pages

En ouvrant le livre, on découvre trois pages illustrées pleine page par un paysage rural évoquant les USA, où les alligators et les serpents sont nombreux. La maison est une petite cabane isolée du monde. Les trois pages sont reprises en fin du livre  dans une disposition inversée. Elles servent donc d’introduction et de conclusion à l’histoire et précisent son cadre spatio-temporel.


La première illustration de l’histoire après la page de titre et les dédicaces  nous présente avec un plan plus rapproché la cabane dans laquelle va se dérouler l’histoire.


Les pages 9 et 10 sont des pages de récit, avec présentation du cadre, des personnages, situation initiale et élément de déséquilibre qui va déclencher le récit du grand-père autour d’un objet encore mystérieux, les bottes de mémoire. On pourra évidemment faire repérer tout cela.

Les élèves pourront facilement s’identifier au personnage de l’enfant, on pourra leur faire découvrir le poème de Prévert sur le cancre…

On commentera le choix de l’illustrateur : noir et blanc, personnages en amorce, jeux des regards entre le grand-père et son petit fils, mise en valeur des bottes, regard étonné de l’enfant…


Le récit du grand-père commence dans les pages suivantes sous la forme d’une bande dessinée. Occasion d’expliquer aux élèves le procédé du récit dans le récit ou récit enchâssé puisque le 1er récit illustré se termine par une illustration à la page 36.

 

La technique de la bande dessinée

Révision : les éléments d’une BD

 Cette bande dessinée se prête bien à un rappel des principaux éléments que l’on pourra faire repérer : le récitatif, les bulles et leurs formes p.15, les onomatopées, la typographie expressive des textes,  les vignettes, leurs formats différents, leur nombre variable dans la page, les cadrages et les angles de vue…

Certaines vignettes sont particulièrement intéressantes à commenter p.17 et v.1 p.19, où la séquentialité est interne à la vignette, la v.3 p.19 où le texte est en avance sur l’image.

Didier Quella-Guyot, Explorer la bande dessinée, Crdp De Poitou-Charentes, collection  La Bd de case en classe,  2004


L’argumentation

On pourra étudier les moyens qu’utilise le serpent pour persuader le grand-père de le secourir. Il a des qualités de comédien (on observera ses mimiques), joue de la culpabilisation, de la séduction (le chéri de la v.5 de la p.18 le rend féminin), ce qui introduit le doute et la perplexité chez le grand-père (cf. les mimiques v.1 p19). Hormis les réserves que l’on peut avoir sur le niveau de langue, ce serpent est très proche de l’auto-stoppeur parasite de Coluche ! http://www.youtube.com/watch?v=SezzlowthFY

Evidemment en filigrane apparaît le serpent tentateur de la Genèse à la langue fourchue (v.1 p.34), et l’on pourra travailler sur les représentations du serpent à travers le temps.

 

 

 

Mises en réseau

http://www.ac-grenoble.fr/ien.vienne2/spip.php?rubrique875

http://www.ien-dourdan.ac-versailles.fr/spip.php?action=dw2_out&id=651



 

 

Repost 0
Published by Association Médias - dans Pistes pédagogiques
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 07:51

Le REFAD (Réseau d'enseignement francophone à distance) publie un document, « Wikis, blogues et Web 2.0 : opportunités et impacts pour la formation à distance », réalisé par Lucie Audet pour aider à mieux connaître le Web 2.0 et ses outils, découvrir leurs possibilités pour l’éducation, réfléchir sur leurs impacts, particulièrement en formation à distance.

Repost 0
Published by Association Médias - dans Pistes pédagogiques
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 17:04
 La presse - le dilemme gratuit-payant (n.2990), Problèmes économiques, La Documentation Française, 48 pages, 4,70 €

Extrait de l'édito : « Les journaux du monde entier perdent des lecteurs et la crise économique n’a pas arrangé les choses. Mise à mal par l’internet et les journaux gratuits, mais également par des erreurs de stratégie, la presse quotidienne d’actualité et d’opinion vit une crise sans précédent. Elle est désormais à un tournant : disparaître ou trouver un modèle économique lui permettant de se refonder… ».

 

Repost 0
Published by Association Médias - dans Education à la presse écrite
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 16:46
Bon, cela faisait quelque temps qu'on ne parlait plus de journaux mais de marques et maintenant le dernier truc à la mode, c'est la marque globale  :
" Pour Eric Fottorino, président du directoire et directeur du Monde, "le journal de référence doit devenir une marque de référence et, de préférence, qui suscite l'attractivité. Les différents supports, papier et numérique, ne sont pas concurrents mais complémentaires : au papier, l'investigation de longue haleine et le décryptage ; au Web, le flux et le débat interactif ; à l'iPhone et autres smartphones, l'alerte et l'information rapide. Pour la première fois de son histoire, Le Monde se présente comme une marque globale".
Repost 0
Published by Association Médias - dans Education aux médias
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 10:49

Les buts de l'association :
"Réfléchir, anticiper l'Ecole avec tous les acteurs au regard de l’évolution des usages et des métiers, de l’impact des médias et du numérique sur les cultures, de l’incidence de la mondialisation sur le changement des sociétés : comment ? en observant, en analysant les dires, les usages, les recherches, en créant des rencontres, en proposant des axes de réflexion."

Projet d'activités 2010

Download

Projet d’activités simplifié 2010.pdf
Document Adobe Acrobat [745.0 KB]
Télécharger | Afficher

Vous trouverez sur le site des dossiers (le numérique et ses usages,  les langages, l'école demain, etc.), une revue de presse et des sites,

L'An@é propose une lettre bi-mensuelle avec quelques liens sélectionnés sur les ajouts récents ou des dossiers d'actualité.  

Accés aux lettres numériques 

Repost 0
Published by Association Médias - dans Coups de coeur
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 06:37
Témoignages d'enseignants dans cet article du Monde qui reflètent bien la réalité.
Repost 0
Published by Association Médias - dans Education à internet
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 06:20

L'étude d'Eurodata TV Worldwide   est menée sur 89 pays et elle relaie les informations des sociétés de mesure d'audience dans le monde: 2.000 chaînes, soit 3 milliards de téléspectateurs potentiels dans 89 pays - dont quelques "nouveaux entrants" comme l'Inde, l'Irak, le Vietnam...
Elle indique pour le monde une progression de 3 mn de la durée d'écoute moyenne quotidienne de la TV en 2009 par rapport à 2008  soit 3 heures et 12 minutes. 
En France, le total s'élève à 3h 25 :  à comparer aux 3h 32 en Allemagne,4h 40 de consommation par jour en moyenne pour l'Amérique du Nord  et aux 4h 34 du Moyen-Orient.

Repost 0
Published by Association Médias - dans Education à la télévision
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 07:59
On ne comprend pas très bien pourquoi telerama.fr fait la promotion de ce court-métrage qui reprend de manière graphique La jetée de Chris Marker sans en indiquer l'origine (à peine rappelée dans le générique).
Repost 0
Published by Association Médias - dans Coups de gueule
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Association Médias
  • : Informations et pistes pédagogiques autour de l'éducation aux médias et à l'information (photo de presse, dessin de presse, circuit de l'information, magazines scolaires, réseaux sociaux, etc.)
  • Contact

Recherche