Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 08:34

La liberté de la presse

Civard-Racinais (A.), La déontologie des journalistes, coll. Infocom, Ellipses, 2003


Junqua (D.), La liberté de la presse Un combat toujours actuel, les essentiels Milan, 2004


Ménard Robert, Ces journalistes que l'on veut faire taire - L'étonnante aventure de Reporters sans frontières, Albin Michel, 2001


MORRIS, Lucky Luke, Le Daily Star, Dargaud, 1984



" Liberté de la presse et droits de l'individu : le droit à la protection de son image ", Dossier pédagogique de la semaine de la presse dans l'école, Clemi, 2000 pp.27-28

"Education à l'image et aux médias : la liberté de la presse", L'Ecole des lettres collèges, n°7, 2004-2005


Plumes en exil
, un film sur les journalistes exilés et recueillis à la Maison des journalistes à Paris, par Bénédicte Banet et Sylvie Banuls, Lopévi images, 01 45 58 39 96,
lopeviimages@yahoo.fr

 


La censure

Le dictionnaire de la censure. Krémer, Jean-Pierre; Pozzuoli, Alain. Editions Scali, 05/2007.


Le filtre médiatique.
Malaissye, Hélène de. Indiciel, 2006.


La censure des bien-pensants.
Menard, Robert; Duverger, Emmanuelle. Albin Michel, 2003.


Les nouvelles censures.
Moreira, Paul. Robert Laffont, 2007.


Histoire de la censure dans l'édition
. Netz, Robert. PUF Que sais-je ?, 1997

 

La télévision sous de Gaulle : le contrôle gouvernemental de l'information(1958/1969). Vassallo, Aude. De Boeck, Ina, 2005

 

"La censure", BT2 n°275, mars 1995, PEMF.

"Les nouveaux censeurs". Les dossiers du Canard, 10/2007

 

"Censures visibles, censures invisibles". Champagne, Patrick. Les dossiers de l'audiovisuel, 2002

 

Sitographie


Educasources 


La loi de 1881


Les
lois sur la liberté de la presse


Reporters sans frontières


La Fédération internationale des journalistes et la
liberté de la presse


Echange international de la liberté d'expression


Trousse Droits et responsabilités


Les
enjeux des médias


La
censure à la télévision


La censure en France
(entretien avec Emmanuel Pierrat)

 

Journalistes en ligne de mire : un dossier mis en ligne par l'Association mondiale des journaux.


Copyright Daniel Salles pour Médias, © 2009
Repost 0
Published by Association Médias - dans Education aux médias
commenter cet article
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 06:45
Séance 2       La notion de lectorat


Début de la séance :

Repartir sur une comparaison rapide, orale, des différentes Unes du jour. Veiller à ce que les titres tournent entre les groupes d’élèves.
On affiche ces Unes et fait un tour de table.
Faire ressortir les traitements différents de l’actualité => lectorats différents

Essai de définition du lectorat du quotidien étudié 

Qu’entend-on par lectorat ? Quels critères permettent de le définir ?
Mise en commun au tableau pour faire ressortir les critères :
- CSP (catégorie socioprofessionnelle) / niveau d’études / niveau de vie
- Age
- Sexe
- Opinion politique
- Lieu de résidence ; urbain/rural ; taille de la ville


Quels éléments du journal vont nous donner une indication sur le lectorat ciblé ?

=>Par quels moyens on s’adresse à ce lectorat :

- les rubriques, leur contenu, leurs importances respectives, leur ordre dans le journal

- le rapport texte/image ; la quantité de texte à lire


- la publicité : quantité, produits proposés

=> Quel contenu lui est transmis :
- la ligne éditoriale du journal



Analyse de ces paramètres par les groupes d’élèves :

- relever l’intitulé des 8 premières rubriques et leur nombre de pages

- rapport texte/image

- publicité

- contenu

Restitution des groupes / Validation de leurs hypothèses

Présentation des quatre paramètres étudiés :  je note les rubriques (et leur nbre de p.) des journaux au tableau pour permettre une comparaison. Les groupes présentent leurs hypothèses sur le lectorat de leur quotidien.
Validation/ou non et complément d’information ; très bref apport historique sur les titres.

Les quatre grandes catégories de journaux :
- journaux d’opinion (La Croix, l’Humanité)
- journaux hauts de gamme (Le Monde, Le Figaro, Libération)
- journaux populaires (Aujourd’hui en France, France Soir,)

- journaux spécialisés (Les Echos, La Tribune, L’Equipe)

 

Présentation des grandes caractéristiques du lectorat de la presse (selon l’INSEE, J. Charon et P. Albert)

- La lecture des quotidiens en France :

Ce n’est pas une habitude aussi ancrée que chez les Scandinaves ou les Japonais par exemple. Depuis plus de 25 ans érosion constante du lectorat des quotidiens.
Cependant Français = grands consommateurs de magazines.

- La lecture des quotidiens nationaux :
3 Français sur 4 ne lisent jamais de quotidien national.
Le niveau d’études est le facteur le plus lié à la lecture de la presse nationale : près de 1 /3 des diplômés du supérieur lisent au moins deux fois par semaine un quotidien national.

- La lecture des quotidiens régionaux :
2 Français sur 3 sont des lecteurs au moins occasionnels de quotidien régional.
La lecture de la presse régionale est plus répandue chez les personnes ayant un diplôme inférieur au bac.
Les agriculteurs sont les plus fervents lecteurs de quotidiens régional ainsi que  les personnes âgées. Cependant l’implantation géographique est un critère important (cf  Ouest France, le 1er quotidien) impliquant d’autres lecteurs que ce lectorat.


- âge :
progresse régulièrement de 14 à 49 ans ;
de 35 à 49 ans taux de lecture le plus important,
ensuite décroît, mais les retraités restent fidèles à leur quotidien (ou hebdo)régional.

- sexe :
quotidien national, plus masculin,
quotidien régional, différence moins marquée ;
magazines plus féminin.
Infos à pondérer avec notion d’audience !
Différence entre :
- diffusion : ce qui est vendu
- audience : la quantité de personnes qui lisent un même journal, au sein d’une famille par exemple, ou d’une collectivité ; elle correspondrait à la diffusion x 4.



 

Copyright Sylvie Jossset pour Médias, © 2009

Repost 0
Published by Association Médias - dans Pistes pédagogiques
commenter cet article
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 13:36

En France

Les derniers résultats
Sur le site d'Audi presse les résultats de l'enquête
EPIQ sur l'audience des journaux et AEPM sur celle des magazines en 2008 ; L’étude AEPM et L’étude EPIQ en 2009 ; l'étude EPIQ et l'étude AEPM en 2010. 

"Chaque jour 23,7 millions de Français (47,5% de la population âgée de 15 ans et plus) lisent un quotidien, contre 22,7 millions lors du cumul de janvier à décembre 2007. Globalement la Presse Quotidienne a gagné un million de lecteurs par rapport au cumul de janvier à décembre 2007 et son audience a progressé de +4,4%". 2007-2008

"Chaque jour en France, 24.3 millions de personnes lisent au moins un titre de presse quotidienne, soit 48.6% de la population âgée de 15 ans et plus. En 2008 toutes les familles de la presse quotidienne ont vu leur audience progresser par rapport à la dernière vague d’enquête." 2008

Pour vérifier la
diffusion d'un journal ou d'un magazine 
Direction du développement des médias ; état de la presse en 2008

"Presse : état des lieux", Textes et documents pour la classe, n°868, 2004

Point de vue sur l'état de la presse en décembre 2008 

Les Français et la confiance dans les médias 


Les jeunes, les journaux et les nouveaux médias électroniques,
diaporama


Les jeunes, les élections, les journaux



Adresses

Carnets d'adresse  ; Les sites des médias 
Tous les journalismes

Le nouveau kiosque de la PQR  

Vous pouvez toujours vous procurer 30 journaux régionaux du même jour pour 15 € auprès de l'ARPEJ : 01 40 73 80 20.

 

Revue2presse.fr
Kiosko.net

Rapports
Le rapport annuel du Sénat sur la presse française

La presse au défi du numérique,
un rapport et ses annexes 1 et 2 sur la presse écrite en France


Rapport du Commissariat général au plan



Une étude sur la crise de la presse

le rapport de Filloux sur l'AFP. 


Les groupes de presse


Séance 3 (en demi-groupes en salle info)- Groupes de presse

Noms ………………………………………………………………………………………

Recherche sur le site de l'ESJ de Lille.

Rubrique DOC Presse ESJ

Si votre quotidien est clairement identifié comme appartenant à un groupe dans l’Ours de votre journal papier, choisissez la rubrique "Groupes de presse". Si dans l’Ours, vous n’avez pas identifié d’appartenance à un groupe de presse figurant dans la liste, choisissez la rubrique "Quelques titres". (Si, bien qu’appartenant à un groupe votre quotidien apparaît également dans la rubrique "Quelques titres", allez consulter cette rubrique dans un second temps)

Informations sur le Groupe de presse et/ou sur le Quotidien étudié

Nom de votre quotidien …………………………………………………………………..

Quel est le chiffre d’affaires :
- du groupe (Si votre quotidien appartient à un groupe) ?
……………………………………………………………………………………….
- du quotidien ( s’il n’appartient à aucun groupe, ou s’il est précisé à côté du CA du groupe) ?
……………………………………………………………………………………….
Précisez, pour chaque CA, de quelle année il date.

Qui détient le capital ? selon quel pourcentage ?
……………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….
Qui est le président du directoire ?…………………………………………………………..

Quelle est la DFP (diffusion France payée) de votre quotidien pour 2006 ?
……………………………………………………………………………………………….

Si votre quotidien appartient à un groupe, précisez les activités de ce groupe :

- Presse quotidienne régionale (titres)
……………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………….
- Pôle Magazines ( titres)
……………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………….
- Autres activités du groupe mentionnées
……………………………………………………………………………………………….


Pour les groupes, aller ensuite sur leur site :
Lister leurs autres secteurs d’activités hors médias………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………..

Dernière mise à jour des sites consultés ………………………… / ………………………….

 

Sylvie Josset,

Voir aussi ce TD sur l'indépendance des médias

 

Une carte de la presse dans les les régions



Le blog Journalistiques d'Alain Joannès permet de réfléchir à l'évolution du journalisme



Dans le monde 


Etat de la presse dans le monde
Rapport de l'Académie des sciences morales et politiques
Mediawatch
(essentiellement en anglais)
La
crise de la presse aux USA ; l'information est un bien public 
 

 

1.  Connaître les tendances de la presse quotidienne mondiale

La France se situait en 2003 au 31ème rang mondial des plus grands consommateurs de quotidiens au monde avec 167 exemplaires diffusés pour mille habitants (Source : World Press Trends, WAN, Edition 2004). En 2007, les Japonais restent les plus grands acheteurs de journaux au monde, avec 624 quotidiens vendus pour un millier d’adultes. Ils sont suivis par la Norvège (580 pour mille), la Finlande (503), et la Suède et Singapour avec chacun 449 exemplaires pour mille habitants. D'autres chiffres ici.


Les jeunes Français en particulier ne lisent pas beaucoup la presse :

AUDIENCE PAR TRANCHE D'ÂGE DE LA PRESSE QUOTIDIENNE
DANS LES PAYS D'EUROPE EN 2003

   

15-17 ans

18-24 ans

Italie

32.8

40.2

Rep. Tchèque

30.6

45.8

France

36.3

Espagne

41.7

Grèce

45.4

52.0

Belgique

47.4

Allemagne

53.6

63.2

Pays Bas

58.0

Autriche

66.7

Suède

77.0

Portugal

79.3

83.7

Norvège

81.0

Irlande

85.0

91.0

Source : WAN - World Association of Newspapers

 

 

 

Trente et unième à l'échelle mondiale, notre pays se situe seulement, comme le montre le tableau ci-après, au douzième rang européen pour la diffusion des quotidiens. Avec moins de 160 exemplaires diffusés pour 1 000 habitants, il se classe derrière la Belgique mais - maigre consolation - devant l'ensemble des pays du sud du continent.


QUOTIDIENS

NOMBRE D'EXEMPLAIRES DIFFUSÉS POUR 1000 HABITANTS

Source : WAN (World association of Newspaper)

 

2. Travailler avec et sur la presse écrite étrangère

  • Il est parfois difficile de se procurer des exemplaires de journaux de la presse étrangère mais internet permet l'accès à beaucoup d'entre eux :

- Guide mondial de la presse en ligne de Courrier International avec des notices d'information très complètes.


- Les
"Unes" de plus de 350 journaux dans le monde chaque jour sur Newseum

- Accès à 5204 journaux du monde entier (192 pays)

 

 - le site Newspaper Map propose une carte interactive (Google Map) recensant les sites de la presse écrite du monde entier (pas toute la presse)


- Internet Public Library
  :  liste de 2300 titres de périodiques accessibles en ligne, réalisée par the Internet public Library. 2 répertoires :

- journaux en ligne avec classement géographique et alphabétique
- magazines en ligne classés par sujets


- Le site internet du New York Times est entièrement gratuit.


- The Times  (britannique ) propose gratuitement (en test)
l'exploration de 200 ans d'archives, de 1785 à 1985. Une inscription -gratuite- est nécessaire pour profiter pleinement des services offerts pendant cette période de lancement.


- Toute
la presse espagnole , d'Espagne et des principaux pays d’Amérique latine de langue espagnole.


- La
presse italienne

 

 

  • On peut également aborder l'actualité à travers le dessin de presse avec le site " Daryl Cagle's Professional Cartoonists Index " Un article propose quelques pistes et un exemple d'activité pour aborder l'actualité à travers le dessin de presse en cours de français au collège ou au lycée.
  • Voir également les dessins de la presse mondiale sur Courrier international et des médias francophones sur Vianetinfo

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by Association Médias - dans Education à la presse écrite
commenter cet article
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 08:35

Le match de football télévisé

Jacques  Blociszewski,

Editions Apogée

2007, 256 p., 20.00 euros

 

 

 

Il suffit de regarder actuellement la  publicité de la Ligue française de football qui présente le prochain championnat de France comme un feuilleton pour comprendre l’intérêt des propos de l’auteur sur le football à la télévision. Très documenté, passionné et engagé, l’auteur fait la critique - pratiquement inexistante dans les médias - du traitement visuel du football.
Il évoque l'histoire, les techniques et les problématiques du football télévisé et en dénonce les dérives notamment l’arbitrage vidéo. Il analyse l’inflation des droits,  le rôle de la publicité et le travail des commentateurs  qui vendent le match plutôt qu’ils ne l’expliquent et des consultants. Il montre à travers de nombreux exemples comment les réalisateurs - dont un seul a accepté de le rencontrer - sont fascinés par la technologie et leur propre pouvoir  et  comment ils modifient en profondeur la nature, le rythme et la vision du match par leurs choix : culte de  la dissection des matches par les ralentis, de la technologie et des statistiques. Il étudie précisément les facteurs sur lesquels repose le nouveau régime visuel du football :

“ - Répétition, martèlement.

- Dissection.

- Désignation de boucs émissaires.

- Mise en place d’un espace où le fragment  domine l’ensemble, où le proche écrase le lointain.

- Jeu avec la “ vérité ”, où il n’y a plus ni vrai ni faux. ”

 L’écart entre le ce que voit le  spectateur dans le stade et ce que voit le téléspectateur grandit donc sans cesse. Le réel n’est plus montré, il est reconstruit. La télévision assujettit le téléspectateur  à sa vision des événements et fonctionne selon une logique de “ carnavalisation du monde ” (Umberto Eco). Le football est en danger à cause de la place prise par l'image, l’enquête et l’émotion fabriquée au détriment de l'esprit du jeu et de la dynamique spécifique du sport.

L’intérêt de l’ouvrage vient également des rapports  que l’auteur fait avec le traitement de l’information en général : “ recherche de l’émotion ; volonté d’être au cœur de l’événement (mis en scène, voire construit) ; règne de la promotion ; glissement vers l’intime et  le people ; rôle joué par les voix : timbres quasi hypnotiques, dramatisation ; prééminence de l’image sur le commentaire et l’analyse ; succès des bêtisiers et autres zappings ; prétention de l’image à faire preuve. ”

On voit donc comment l’analyse du football à la télévision peut être une entrée très féconde pour développer l’esprit critique des élèves dans le cadre de l’éducation aux médias.

Daniel Salles, article paru dans l'Ecole des lettres

Repost 0
Published by Association Médias - dans Education à la télévision
commenter cet article
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 08:23

Lire au collège, revue éditée depuis 1980 par le CRDP de l’académie  de Grenoble, paraît désormais en ligne.
Notre numéro 82 est ainsi accessible dans cette formule depuis ce mois de mai  :


Au menu
DOSSIER "L'éducation aux médias (I)" coordonné par Daniel Salles

Des journaux au web. Retour sur une histoire récente, par Vincent Bocquet

 

Ne ratons pas l’éducation aux nouveaux médias, par Olivier Dufaut et Daniel Salles

 

Éducation aux médias. Notes de lecture, par Perrine Devevey et Daniel Salles

 

De la une imprimée à la page d’accueil du site Internet, par Olivier Dufaut et Daniel Salles

 

Nouvelles figures du journalisme en bande dessinée. Du journaliste de fiction à l’auteur-journaliste, par Perrine Devevey

 

Ecrire un article pour une encyclopédie en ligne, par Delphine Barbirati

 

Utiliser les blogs en classe, par Daniel Salles

 

 

 

Repost 0
Published by Association Médias - dans Pistes pédagogiques
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 14:04

1. Les jeunes et les nouveaux médias

Sous la direction de Laurence Corroy, Les jeunes et les médias : les raisons d'un succès,  Paris, coédition Vuibert/CLEMI/INA, coll. "Comprendre les médias", 2008., 25.00 euros

 

Serge Tisseron, Qui a peur des Jeux vidéo ? Albin Michel, 2008, 162 p. 13,90 €.


La diffusion des technologies de l'information
dans la population française


Olivier Donnat,
Pratiques culturelles et usages d’internet


Evolution rapide des technologies et leur maîtrise par les jeunes :
lettre de veille de l'INRP

Comment les jeunes s'informent-ils ?


Appropriation des nouveaux médias par les jeunes ; idem

Le phénomène des blogs ; enquête ethnographique


Des
articles sur les écritures hypertextuelles


Tic et sociabilité juvénile


La communication juvénile à travers les blogs de lycéens


Pour découvrir les  millions de blogs rédigés par des élèves


Ado techno sapiens


Cédric Fluckiger & Benoit Lelong, Usages et dangers d'Internet pour les jeunes en Europe 

Premiers résultats de l'étude EUKidsOnLine
, présentation aux rencontres de l'Orme, 2 avril 2008


Rapport du sénateur David Assouline sur les
jeunes et les nouveaux médias.


Etude 2008 sur les jeunes et les nouveaux médias


Extraits d'une conférence sur les jeunes et les images


Rapport sur la santé des jeunes


Les jeunes et les médias en Belgique


Une
campagne de sensibilisation et une brochure sur les jeunes et les stéréotypes dans les médias en Belgique à la suite d'une étude de l'Université de Liège (une synthèse de l'étude)


L’éducation aux médias par les dispositifs de production de médias par les jeunes

 

Jeux vidéo : des enfants de plus en plus autonomes, des parents qui ont du mal à dialoguer

Sylvie Octobre, Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc de cultures ?, Culture prospective 2009 -1

 

Des outils pour un usage citoyen

 

2. Droits du net

Blog note , pour publier en toute légalité

Mémo de l'Observatoire des pratiques de presse lycéenne

Echanger, s'exprimer en ligne

Dossier je blogue tranquille

Internet sans crainte

Droit du net

 

Fiche de la CNIL sur la protection des données personnelles

Protégez votre identité sur Internet

Insupportable, mon mobile ?  

 



Copyright Daniel Salles pour Médias, © 2009


Repost 0
Published by Association Médias - dans Education à internet
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 13:56

 

 Présentation

 

Un diaporama sur les réseaux sociaux

 

D'autres réseaux

 

Un guide amusant des bonnes manières sur Facebook 



 

 Etudes et enquêtes

 

Enquête IFOP 2008

 

Une étude 2008

 

Une autre étude

 

Réseaux sociaux et identité numérique

 

 

La thèse de Danah Boyd (en anglais)

Citations d'une interview

 

Une autre thèse en anglais

 

Une rubrique avec notamment  De vrais amis ? ; La  vie privée, un problème de vieux cons ?

 



Dangers

Traçage de Marc L (article du Tigre)

 

Une vidéo éducative sur  l'exploitation commerciale des données

 

Tutoriels pour bien protéger son identité sur Facebook

 

D'autres conseils

Surveillance globale, Enquête sur les nouvelles formes de contrôle Éric Sadin, Climats / Flammarion, 2009


Pour les parents

 

La parentalité et l'ère du numérique

 

La page facebook  de vos questions de parents (Bayard)

 

Des conseils suisses

 

 

Adolescents et téléphone mobile : regards croisés des sciences sociales et de la psychanalyseMobile et société, AFOM, N°6, Novembre 2008

 

 

 

 

Adolescents

Confidences sur internet

L’école des parents n° 577 Hors-série mars 2009 

Le sommaire de ce numéro hors-série reprend les communications du colloque  Fil santé jeunes en octobre 2008: Adolescents, se raconter sur internet : à qui ?  et les complète par des communications de spécialistes. Parents et éducateurs y trouveront donc des réflexions et des conseils pour accompagner les nouvelles pratiques des adolescents.

Comme le dit en ouverture Philippe Jeammet , « Il ne faut pas diaboliser cette chance qu’ont les jeunes d’avoir des outils nouveaux, sinon quel avenir leur offrons-nous ?  Ils ont des outils qui vont dans le sens de la vie mais plus ces outils sont puissants, plus il faut que les jeunes soient accompagnés dans cette gestion. »

Or, Sophie Jehel montre que les plateformes internet, en confinant les règles juridiques qui régissent les espaces d’échange  dans des onglets invisibles et en laissant croire que la liberté repose sur l’absence de ces règles,  n’aident pas les jeunes à la construction d’une identité sociale, d’une place dans l’espace public.

Carole Gay rappelle quant à elle que tout blogueur est considéré à la fois comme éditeur et comme directeur de publication et qu’il est donc responsable de tout (même les commentaires écrits par ses lecteurs) qui figurent sur le site.

Michaël Stora souligne que la France est le premier producteur de blogs adolescents au monde : peut-être que le blog permet d’échapper « à un idéal parental implacable, véhiculé par les images de notre société. »

Internet ne fait pas que stimuler le passage à l’acte, nous rappelle une écoutante –rédactrice psychologue  de filsantejeunes.com.  Ecrire c’est faire un premier pas vers l’autre et commencer à mettre en mots ce qu’on ne peut pas dire à voix haute.

Internet est aujourd’hui le lieu de la crise adolescente, affirme Serge Tisseron. Le blog est plus un rite de passage, une mise en scène de soi  qu’un réel moyen d’expression de soi,  conclut  pour sa part Oriane Deseilligny.

Alain Giffard dénonce « la grande secte molle » qu’est Skyblog, qui met les jeunes à l’écart, qui les guide sous prétexte d’établir le palmarès des blogs les plus regardés, qui les livre à la publicité clandestine par l’intermédiaire de faux blogs  rédigés par des agents de marques et qui vend les informations recueillis sur leurs blogs à d’autres marques, enfin qui leur laisse penser que la manière de faire de Skyrock est l’intime alors qu’elle ne fonctionne pas.

On trouvera à la fin une bibliographie détaillée.

Daniel Salles, article publié dans Lire au collège 83



Copyright Daniel Salles pour Médias, © 2009

Repost 0
Published by Association Médias - dans Education à internet
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 13:07

Voici la conclusion d'un mémoire d'Estelle Faure, membre de notre association, pour l'IEP de Grenoble sur le thème :
Les représentations politiques des jeunes à travers les journaux lycéens



            A l’aune de ce mémoire, le journal lycéen apparaît comme un prisme dévoilant les représentations politiques des jeunes. Loin d’être homogènes et facilement décelables, elles véhiculent leurs opinions et les sujets qui leur tiennent à cœur. Les articles, dessins, bandes dessinées et autres procédé stylistique nous renseignent non seulement sur les avis des lycéens, mais aussi sur leurs attentes, leurs espérances ou leurs déboires. Parce qu’il reflète une réalité sensible que vivent au quotidien les élèves, le journal se fait le portevoix de toute leur communauté. En quête de représentativité, notamment par le recours aux sondages, ces publications prennent le pouls de la vie lycéenne. Si la culture domine largement les préoccupations, les questions de société (des médias à la politique politicienne) ne sont pas absentes du débat interne à l’établissement. Néanmoins, au-delà de cet aspect descriptif, le journal apparaît comme un objet politique favorisant la démocratie lycéenne au cœur des établissements, quand les instances comme le CVL semblent être moins légitimes. Moyen d’expression privilégié, le journal permet aux élèves d’améliorer leur style d’écriture, de former leur esprit et d’élargir leur horizon politique. Pour le noyau dur que constitue l’équipe rédactionnelle, petit groupe d’amis motivés et dynamiques, le journal est un espace de liberté, parfois idéalisé mais toujours expérimenté. Signe d’un engagement politique, au sens large et parfois étroit du terme, il permet à ses créateurs de s’improviser citoyen et agitateur, dans les limites des droits et devoirs qui leur sont conférés. Comme la presse nationale le fait au niveau du pays, le journal se fait l’écho des revendications lycéennes : de la cantine au foyer, en passant par les emplois du temps, les élèves n’hésitent pas à pointer du doigt les dysfonctionnements de l’établissement jusqu’à créer polémiques et tensions. Par ailleurs, les adultes (CPE, directeur, membres du CLEMI, etc.) n’y jouent pas toujours le rôle négatif qu’on leur impose mais servent aussi d’appui et de guide pour des jeunes qui connaissent parfois mal la législation en vigueur. Nonobstant ce bilan, le journal est limité dans sa diffusion et donc son impact : faiblement lu, il est parfois peu connu des autres lycéens. Cela ne préjuge en rien de cette expérience citoyenne, collective et engagée qu’il procure à l’équipe rédactionnelle, motivée à la fois par le souci d’expression et d’une information alternative.

Ce constat ne doit pas nous faire oublier les limites inhérentes à toute étude non exhaustive des journaux lycéens. Ainsi, le corpus de textes porte uniquement sur l’académie de Grenoble. L’idéal aurait été de diversifier géographiquement les ressources. Toutefois, cette étude semble représentative de la multiplicité des situations scolaires : les journaux recueillis proviennent d’établissements variés (du lycée agricole de Contamine sur Arve à l’établissement privé Pierre Termier en pensant par celui public du Grésivaudan de Meylan). Pour parfaire cette étude, il aurait été judicieux de sonder plus largement la population lycéenne sur leur journal. Le questionnaire distribué aux élèves du lycée du Grésivaudan de Meylan aurait mérité d’être suggéré à tous les niveaux (seconde, première et terminale) des différentes classes existantes au sein de l’établissement (S, L, ES et sections professionnelles). Cela aurait donné un aperçu plus large et pertinent de l’impact des journaux sur un panel d’élèves plus représentatif. Néanmoins, l’ampleur de cette entreprise ne correspondait pas au travail effectué dans le cadre de ce mémoire. De surcroît, malgré les sources bibliographiques existantes, aller à la rencontre des spécialistes sur le thème des journaux lycéens aurait pu constituer une expérience bénéfique et enrichissante. Comparer les recherches effectuées sur le thème de la politique aurait en effet permis de croiser les données et confronter les avis sur cette question toujours actuelle et captivante.

            Envisager le journal lycéen comme une représentation politique à part entière, se muant en objet démocratique, est une approche qu’il est pertinent de décliner sur plusieurs terrains. Tout d’abord, étudier le développement de telles publications dans des sociétés en pleine construction démocratique pourrait être un enjeu non négligeable à l’échelle internationale, notamment dans des pays où les jeunes sont démographiquement plus importants. Par ailleurs, cette étude pourrait être déclinée aux différents niveaux scolaires : à partir de l’école primaire jusqu’à l’université en passant par le collège, la parole est donnée aux élèves qui le souhaitent. Il serait donc éclairé de saisir les représentations politiques qu’ils peuvent véhiculer. A terme, une étude comparative pourrait être menée entre ces différents âges des journaux scolaires pour montrer les évolutions de la politisation chez les jeunes. Dans une perspective plus historique, se concentrer sur quelques publications serait pertinent pour montrer l’évolution politique des jeunes au cours des trente dernières années : la tendance est-elle réellement à la dépolitisation des publications lycéennes ? Dans la même lignée, comparer les journaux selon leurs régions d’origine, plus ou moins ancrées dans une tradition politique, pourrait révéler un engagement partisan ou citoyen différent, variant d’un territoire à l’autre.  Par ailleurs, il serait extrêmement avisé d’aller au-delà de la simple description de la politique dans les articles : comprendre ce qui a influencé le lycéen dans sa réflexion journalistique (parents, professeurs, amis, médias, etc.) mettrait en évidence l’interaction entre le jeune et son milieu socialisateur, si divers soit-il.

On comprend donc que ce sujet ne manque pas de perspectives et constitue un enjeu majeur en termes de citoyenneté et de socialisation, trop peu étudié en science politique. Alors que Richard Descoings, actuel directeur de l’IEP de Paris, vient de remettre à Nicolas Sarkozy son rapport – déjà controversé – sur les lycées, il apparaît intéressant d’intégrer la problématique des journaux lycéens au grand changement voulu par la réforme gouvernementale. Nombre de commentateurs de la vie sociale et politique française observent une hausse des incivilités, notamment les agressions de professeur ou d’élèves. En témoignent les récents incidents survenus dans le lycée de Gagny et autres établissements scolaires dans lesquels se sont introduits des bandes de jeunes cagoulés afin d’agresser des élèves[1]. Pour contrer ces incivilités et le manque d’intérêt des élèves pour la démocratie à l’école, préjudiciables aux lycées et ses élèves, ne faudrait-il pas repenser la citoyenneté à l’intérieur de l’établissement ? Cette réflexion passe, sans nul doute, par une reconsidération du journal dans la dynamique citoyenne et scolaire. A ce titre, donner plus de visibilité et d’ampleur aux initiatives du CLEMI et d’associations comme Jets d’encre permettrait de développer les publications lycéennes et donc la parole citoyenne des adolescents. Parce que la démocratie n’est pas figée, elle nécessite de prendre vie et d’être expérimentée. Le journal lycéen apparaît alors comme le vecteur vivace de cette citoyenneté en devenir. Si la pensée se forme dans la bouche, la citoyenneté naît dans les mots, quand on donne la parole à ces jeunes qui n’ont pas d’espace public dans le lycée où ils passent le plus clair de leur temps. Loin d’imposer aux jeunes la création d’un journal, il serait judicieux de leur proposer cette alternative, notamment dans le cadre des cours d’ECJS (Education Civique, Juridique et Sociale), pour remplacer les débats parfois stériles et inintéressants auxquels ils ne mettent pas de cœur à l’ouvrage. Cela permettrait de leur créer un espace public dans lequel ils pourraient exprimer leurs sentiments, leurs revendications, leurs critiques, alimentant ainsi une forme de régulation sociale et politique afin d’améliorer leur cadre de vie. En contribuant à cet outil d’expression, les lycéens feraient un premier pas vers la démocratie, entrant ainsi de plein pied dans la citoyenneté. Reprenant le titre de l’ouvrage juste et pertinent d’Alain Bentolila[2], donner la parole à des lycéens qui en sont – a priori – dépourvue, c’est prendre le parti d’opposer le verbe à la barbarie. C’est alors donner à chacun la possibilité d’apprendre ce qu’écrire veut dire. 

© Estelle Faure, 2009



[1] Lundi 27 avril 2009, onze jeunes gens de 15 à 20 ans ont été placés en garde à vue pour leur participation présumée à l’expédition punitive du 10 mars dans un lycée de Gagny (93).

[2] BENTOLILA Alain, Le Verbe contre la barbarie. Apprendre à nos enfants à vivre ensemble, Odile Jacob, Paris, 2007,

Repost 0
Published by Association Médias - dans Publications
commenter cet article
10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 09:17

Comment réussir un portrait


1. Définition

Le portrait dessine la personnalité de quelqu'un à travers ses caractéristiques (biographie, déclarations, manière d'être, apparence physique, cadre de vie, activités, etc.), en général à l'occasion d'un événement le concernant. Il rassemble des éléments dispersés : aspect physique, comportement, langage, pensées, habitudes, citations, anecdotes.

Il peut avoir des formes et des longueurs très différentes : de l'interview en trois questions à la photo-légende ou au mini-reportage sur deux pages de magazine...


2. Méthode de travail

a) pour les personnes éloignées ou disparues :

- il faut se documenter : dictionnaires biographiques, dossiers de presse, témoins éventuels...

b) pour les personnes proches :

- il faut les rencontrer et rencontrer leurs proches (voir techniques de l'interview) et leur poser des questions sur leur âge, leurs études, leur situation familiale et professionnelle, leurs qualités et leurs défauts, leurs goûts, leurs manies ;

- il faut noter des éléments descriptifs : traits physiques, cadre de vie.


3. Techniques d'écriture

a) Le Dauphiné libéré conseille à ses correspondants :

- d'indiquer dès la première phrase, le nom, le prénom, la fonction du personnage et le motif ou l'événement qui justifie qu'on parle de lui ;

- de situer le personnage dans sa vie professionnelle ou associative et de donner éventuellement quelques traits de son caractère ;

- de rédiger plutôt un article court et sympathique, axé sur l'événement ou les circonstances qui justifient le portrait, plutôt que de vouloir raconter toute une vie trop longuement et de manière indigeste !

b) Il faut également :

- mélanger les différents éléments (identité, portrait physique, biographie, propos rapportés...) ;

- rendre le portrait vivant par l'utilisation réfléchie des temps verbaux et des substituts ;

- bien choisir les illustrations et les titres ;

- compléter les informations par des encadrés documentaires ;

- et comme toujours songer au type de lecteurs pour lesquels ce portrait est écrit.

c) On peut faire un montage des réponses de la personne dont on fait le portrait (mon enfance, ma scolarité, ma carrière, mon look...), des encadrés (fiche d'identité, dernière œuvre...).


Extrait de Daniel Salles, Editer un journal en classe, coll. 1, 2, 3 séquences, CRDP de Grenoble, 2002. Copyright © 2002

Repost 0
Published by Association Médias - dans Créer un magazine
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 09:20

Le reportage


résumé du chapitre 13 du Manuel de journalisme, Ecrire pour le journal, Yves Agnès,
Guides repères, Editions La Découverte, Paris 2002.


définition du Petit Robert : "article ou ensemble d'articles dans lequel un journaliste relate de manière vivante ce qu'il a vu et entendu."

Le reportage raconte et rapporte des faits concrets (situer des lieux, des scènes et des propos), il fait vivre une réalité. Le journaliste met en scène ce qu'il a vu, la réalité qu'il a observée et donne la parole aux acteurs et spectateurs de cette réalité.


Le reportage fait revivre la scène ou l'événement pour le lecteur qui doit avoir l'impression d'y assister, tous ses sens étant sollicités. Il présente la situation sous une forme plus proche de la vie réelle et moins institutionnelle. Il doit faire saisir au lecteur la situation de manière vivante et sensible.

Pour raconter une histoire, il faut camper les lieux, les personnages et développer un scénario en rapportant des faits et des propos significatifs et en trouvant le ton qui intéressera le lecteur.


Ouverture et polyvalence sont nécessaires pour le recueil de la matière brute du reportage :

- savoir être curieux et apte à s'étonner

- être assez sensible pour s'imprégner d'une atmosphère

- aimer le contact et savoir rencontrer des inconnus, en fait s'intéresser aux gens

- être rapide et efficace sur le terrain, prendre des notes, rencontrer le plus de gens possible

- savoir par l'écriture faire revivre à son lecteur les moments vécus : écriture alerte et agréable.



Se préparer :

  • avoir quelques idées sur le sujet, le contexte et les acteurs locaux
  • repérer les lieux
  • prendre des contacts : dresser une liste des personnes à rencontrer, prendre les rendez-vous auprès des personnes importantes.
  • régler les détails matériels : prévoir le matériel nécessaire (carnet, stylo, magnétophone et cassettes) pour la prise de notes ; s'assurer des moyens de transport et de transmission
  • avoir en tête le longueur de l'article que l'on écrira.
  • choisir son angle d'attaque (même si on doit en envisager plusieurs) et de restitution de l'événement.



Être un spectateur actif

Prendre des notes :
se laisser impressionner, au sens photographique du terme, et ressentir tout ce qui se passe

  • avoir le souci du détail qui donnera ensuite une force à l'article et accentuera le "j'y étais"
  • rencontrer, questionner les gens pour recevoir une parole authentique, repérer ceux qui deviendront les personnages de l'article.
  • se faire accepter sur les lieux du reportage, s'immerger dans l'ambiance, savoir bouger, aller vers le lieu de l'action
  • penser à son public et ses centres d'intérêt (approche différente selon le public élèves, profs ou parents d'élèves)
  • penser à faire des photographies sur des scènes significatives, vivantes et en noter les coordonnées (lieu, situation et nom des personnes).


Ecrire son reportage

Le reportage est le plus littéraire des genres journalistiques :

  • ne pas attendre pour passer à l'écriture, avoir encore à l'esprit les sensations vécues et les impressions recueillies
  • développer son article autour d'une idée force en se remémorant les différents temps forts et en choisissant dans ses notes les informations que l'on garde puis en organisant son scénario
  • élaborer un plan avec une attaque et un développement pour raconter l'histoire, garder un fil conducteur clair qui permettra au lecteur de se retrouver dans la variété des choses vues. Ne pas utiliser le plan de la pyramide inversée, ni développer une analyse. Le plan chronologique n'est pas très dynamique.

La construction d'un scénario est la technique la plus souvent utilisée, penser alors à la règle classique : unité de temps, unité de lieu et unité d'action.

Quatre figures souvent utilisées

  • le récit : raconter l'histoire en campant le décor, les personnages, leurs relations et amener le lecteur vers le dénouement
  • les tableaux : succession de scènes qui mettent en lumière un aspect de la réalité
  • le personnage principal : un des personnages rencontrés personnalise l'idée-force

que l'on souhaite développer

  • l'analogie : raconter l'événement comme ... (par exemple un match de foot comme une partie d'échecs) et faire rentrer le lecteur dans le scénario

Dans tous les cas :

  • restituer une atmosphère en distillant les détails, jouant sur les termes et les formules pour amener le lecteur à ressentir la scène.
  • trouver le ton juste en lien avec l'événement.
  • faire vivant en utilisant des phrases courtes, nerveuses, faire place aux images et aux propos rapportés. Travailler le choix du vocabulaire, utiliser le présent qui plonge dans l'action. Faire alterner le style direct et le style indirect pour créer des ruptures.
  • soigner le titre et l'habillage.

Le reportage photo est une autre façon de présenter des événements, il nécessite quand même un texte d'accompagnement ou à minima des légendes.


Copyright Bernard Zenatti, © 2004

Repost 0
Published by Association Médias - dans Créer un magazine
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Association Médias
  • : Informations et pistes pédagogiques autour de l'éducation aux médias et à l'information (photo de presse, dessin de presse, circuit de l'information, magazines scolaires, réseaux sociaux, etc.)
  • Contact

Recherche